Sélectionner une page

Comment éviter que les jeunes ne tombent dans le triste piège de la cigarette ?

Dans cette chronique diffusée sur l’antenne de Sud Radio, Jean Doridot, au micro de Laurence Péraud, explique comment les industriels du tabac utilisent le cinéma pour promouvoir la cigarette.

Bonjour Jean.

Bonjour Laurence.

Alors Jean ce matin vous avez décidé de nous parler de cinéma et de cigarette c’est bien ça ?

Oui Laurence exactement c’est bien de cela dont il est question. En plein mois sans tabac une polémique a éclaté à partir d’un échange entre Agnès Buzin, notre ministre de la santé, et une sénatrice qui dénonçait la publicité détournée pour le tabac dans les œuvres de fiction. En fait, l’une et l’autres semblaient alors plutôt d’accord. À tel point que la ministre de la santé finit par exprimer son incompréhension de l’importance de la cigarette au cinéma. Ajoutant même qu’il faudrait envisager une action ferme sur ce sujet.

D’accord Jean donc jusque-là tout va bien pas de polémique à l’horizon.

Oui Laurence comme vous dites jusqu’ici, tout va bien. Toutefois certains commentateurs ont cru bon d’annoncer que notre ministre envisageait tout simplement d’interdire la cigarette au cinéma. Ce qui déclencha dans la foulée une réaction quasi pavlovienne chez bien des commentateurs, criant au scandale. Allant même jusqu’à chambrer la ministre de la santé en évoquant la possibilité d’avoir un jour sur nos écrans des polars sans armes et des thrillers sans serial killer.

La cigarette au Cinéma

Le cinéma a contribué au succès de la cigarette. Aujourd’hui, que faire ?

Faut-il supprimer la Cigarette au Cinéma ?

En même temps ce n’est pas faut Jean non ? On ne peut pas supprimer des écrans tout ce qui est mauvais non ?

Et bien Laurence merci de m’aider à étayer mon propos. D’abord vous soulignez à l’instant avec talent qu’à l’instar des armes à feu et des serial killer, la cigarette, c’est juste super toxique. Ce constat, qui est en fait un utile rappel, amène en réalité au cœur du problème que révèle cette triste polémique. Car dans le fond, plus personne aujourd’hui n’ignore les effets toxiques de la cigarette.

Demandez par exemple à un fumeur invétéré, vous savez ce genre de personne qui vous explique que jamais de sa vie elle ne tentera d’arrêter de fumer, si elle souhaite initier ses enfants à la tabagie, vous la verrez changer de couleur. Car en réalité personne sur cette Terre ne souhaite voir ses enfants devenir fumeur. Or c’est bien de cela qu’il s’agit. Nous vivons dans un pays où la publicité est essentielle au commerce. Même les fabricants d’eau minérale font de la publicité. Car un produit invisible est un produit qui meurt.

“Personne sur cette Terre ne souhaite voir ses enfants devenir fumeur.”

Or les industriels du tabac sont interdits de publicité depuis 1991 Laurence ! Pourtant, près de 25 ans après, l’un d’eux a réalisé dans notre pays plus de 770 millions d’euros de chiffre d’affaire. Alors comment ce funeste succès est-il possible Laurence ? Et bien il est rendu possible grâce à quelque chose de dégoutant qui s’appelle le placement de produit. Le placement de produit, c’est cette opération qui consiste à payer une production audiovisuelle afin que les produits d’une marque en particulier apparaisse dans l’œuvre sponsorisée. C’est ainsi que tous les bondophiles connaissent la marque de bière préférée de James Bond, ainsi que le type de montre que porte le célèbre agent secret.

Or depuis plus de 20 ans Laurence les industries du tabac ont recours à cette manigance sans scrupules. Ils mettent de l’argent dans certains films par le truchement de sociétés écrans. C’est ce que révélait le journal Le Parisien Aujourd’hui en France ce mercredi. Lorsque l’on se souvient que la cigarette tue une personne sur deux qui la consomme, on ne peut qu’avoir la nausée devant un tel procédé.

“Nous apprenons essentiellement par imitation.”

Alors d’accord Jean mais alors qu’est-ce qu’il faut faire ? Ça semble quand-même difficile d’interdire la cigarette à l’écran ?

Et bien Laurence que faire. Simplement se souvenir que l’influence sociale est notre première source d’apprentissage. Nous apprenons essentiellement par imitation. Et pour revenir aux armes et aux serial killers, vous noterez qu’ils n’ont aucun problème à apparaître sur les écrans. Car lorsqu’un film est trop violent, il est tout simplement interdit aux moins de 18 ans ! Quant à ceux qui pensent que le tabac est nécessaire aux mythes, rappelons que même Lucky Luke a arrêté de fumer, tout comme James Bond d’ailleurs. Et l’un comme l’autre restent de supers mecs, ça fait du bien de le rappeler 😉

Et ça va mieux en le disant merci Jean.

Merci Laurence.

Calendrier et inscriptions pour les ateliers d’aide au sevrage tabagique, avec Jean Doridot
Billetterie Weezevent

Partager l'article
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages