Sélectionner une page

L’anxiété est une émotion qui peut parfois gâcher l’existence. Même si nous sommes parfois inégaux devant elle, il existe des moyens simples et efficaces pour la prévenir et pour s’en sortir.

Anxiété

1 – Le pire n’est jamais certain

Créer de l’anxiété est une caractéristique assez répandue. Souvent héritée de l’enfance, la tendance à toujours envisager le pire est générateur de bien des angoisses. Certes, il est important de prévoir plusieurs possibilités. Toutefois n’envisager que le pire est très toxique. Imaginez une personne qui à chaque fois qu’elle doit prendre le train imagine qu’il y aura d’énormes bouchons sur le trajet menant à la gare ou que les transports seront ce jour-là forcément en panne !

Le stress généré par ces images, en plus de polluer son esprit, va inhiber ses capacités à bien faire ses bagages, à ne pas se tromper de chemin et à partir à temps. Au bout du compte, non seulement elle se sera fait su soucis pour rien, mais en plus il se peut bien qu’elle ait tout de même finit par rater son train !!

Ne regarde pas où tu ne veux pas aller

C’est une expression chère aux pilotes de deux-roues. Les motards savent bien que l’engin a tendance à suivre le regard (c’est également vrai à vélo ou même en ski). Aussi lorsqu’il y a un platane à éviter, la première chose à faire est précisément de ne pas le regarder. Ce qui dans les faits consiste à conserver le regard braqué sur la route. En terme d’esprit, cela signifie conserver votre attention sur les issues favorables.

Pourtant, nous avons tous tendance à vouloir regarder l’obstacle. Comme si cela nous rassurait. Mais l’obstacle est là, il ne va pas s’échapper (surtout dans le cas d’un platane !-). Avec notre esprit, nous fonctionnons un peu de la même façon. Penser aux différents problèmes qui peuvent se produire a tendance à rassurer – un peu comme si cela nous donnait un sentiment de contrôle. En réalité, c’est exactement l’inverse qui se produit, et le fait de nourrir votre esprit avec des embuches à tendance à activer votre inconscient pour les trouver sur votre chemin, quitte à devoir les créer de toutes pièces. Exactement comme cette personne plus haut qui a tellement peur de rater son train qu’elle finit par vraiment le louper.

Aussi est-il essentiel de se souvenir que le pire n’est jamais certain. certes gouverner c’est prévoir. Toutefois, même si vous souhaiter envisager le pire, veillez à ne pas envisager que ça. Souvenez-vous que le pire est une exception dans un océan d’expériences qui globalement se passent bien. C’est en effet une caractéristique de notre cerveau de retenir plus facilement les évènements pénibles que les évènements heureux. D’ailleurs, quand un train arrive à l’heure, qui le remarque ?

2 – Concentrez-vous sur l’instant présent

L’anxiété est un sentiment créé par la projection dans l’avenir. Le futur étant toujours inconnu et l’inconnu ayant tendance à faire peur, vous comprenez pourquoi le fait de se projeter est très toxique pour quiconque cherche à diminuer son niveau d’anxiété et de stress.

Aussi est-il essentiel de vous concentrer sur l’instant présent. Remarquez à quel point très souvent, ICI et MAINTENANT, il n’y a pas de problème. C’est en réalité l’anticipation de problèmes hypothétiques qui créent l’angoisse.

Lorsque vous sentez que votre esprit part dans l’avenir et commence à fabriquer des angoisses, alors stoppez le tout de suite en utilisant la technique du “on verra”. Cette formule toute simple coupe spontanément toute cogitation par nature anxiogène, et aide à se reconnecter à l’instant présent.

J’ai reçu un jour dans mon cabinet une personne qui souffrait de troubles anxieux. Elle avait essayé bien des méthodes pour calmer son stress, jusqu’alors sans succès. En fait, elle faisait exactement le contraire de ce qui aurait pu lui faire du bien. Et plutôt que de se concentrer sur ici et maintenant, elle se projetait en permanence dans un futur qu’elle imaginait systématiquement noir.

Nous avons fait ne séance d’hypnose ensemble, pour l’aider à revisiter son existence avec un nouveau regard sur elle-même et sur la vie. Constatant que la plupart du temps ce qu’elle avait redouté ne se produisait pas, elle réussit à rester connectée à l’instant présent, développant spontanément une nouvelle confiance dans l’avenir. Elle m’envoya un mail quelques mois plus tard pour me dire que cette séance lui avait changé la vie, et que la pratique de l’instant présent et de la technique du “on verra” étaient devenues pour elle des habitudes dont elle ne voulait plus se passer 🙂

3 – Respirez

Toutes les techniques anti-stress passent par la respiration, et ce n’est pas par hasard. L’anxiété a tendance à raccourcir notre souffle, ce qui, biologiquement, créé ce que l’on appelle une “boucle de rétroaction”. En termes simples, cela s’appelle un cercle vicieux. En fait, plus on stress, moins on respire bien. Moins on respire bien, plus on manque d’oxygène. Plus on manque d’oxygène, plus on est oppressé. Et plus on se sent oppressé, plus on stress.

Dès que vous sentez que l’anxiété pointe le bout de son nez, commencez par regarder en l’air (cela aura tendance à ouvrir votre poitrine), et prenez une profonde inspiration. N’hésitez pas à faire une petite apnée à la fin de l’inspire.

Puis soufflez profondément par la bouche, videz l’air complètement. Et à la fin de l’expiration, là encore faites une petite apnée. Puis reprenez à nouveau une respiration profonde par le nez. Faites au moins trois cycles complets. Cette technique, en plus de vous oxygéner et de créer naturellement un doux sentiment de détente, à tendance à bloquer les émotions négatives avant qu’elle ne vous envahissent.

De façon plus générale, lorsque vous entez que votre esprit s’emballe et que de petits saboteurs internes commencent à vous envahir de leurs discours toxiques et de mauvaise augure, concentrez-vous quelques instants sur votre souffle sans écouter vos peinées. Vous constaterez qu’avec une certaine habitude, cela coupe instantanément l’anxiété et change positivement la Vie.

En résumé :

Respirez, concentrez-vous sur l’instant présent et souvenez-vous que le pire n’est jamais certain, ça fait du bien 🙂

En bonus dans cet article une chronique radio dans laquelle je reviens sur ces trois principe – bonne écoute 🙂

Partager l'article
  • 61
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 61
    Partages